FESTIVAL MADE IN 31 : le rendez-vous du savoir-faire entrepreneurial toulousain

FESTIVAL MADE IN 31 : le rendez-vous du savoir-faire entrepreneurial toulousain

Made In 31 Toulouse Wyca Robotics

🚀​ Cette 4ème édition du Festival Made in 31, organisée par la CPME 31 et la Jeune Chambre Economique de Toulouse, a encore une fois mis en lumière le savoir-faire entrepreneurial en Haute-Garonne. Une occasion en or pour Wyca Robotics d’aller à la rencontre d’autres entrepreneurs locaux avec Elodie, le robot autonome qui attire toujours autant de curieux 🤖🏆

Des innovations « MADE IN 31 »

Made In 31 CPME31

Le festival Made in 31 de 2022 a regroupé près d’une trentaine de start-ups créatrices d’innovations. Ces trois jours de partage et de découverte d’acteurs locaux ont très certainement convaincu tous les visiteurs, professionnels et grand public, que Toulouse et ses entrepreneurs ne finiront jamais d’innover et de nous surprendre. Nos robots Elodie ont répondu avec grand plaisir à l’appel pour ce rendez-vous 100% toulousain. Tandis que notre Elodie-Visio proposait le programme sur son écran interactif, notre Elodie-Shuttle distribuait des bonbons aux plus gourmands. Cet événement a encore une fois permis à Wyca Robotics de démontrer de la polyvalence de ces robots qui s’adaptent à tout évènement, y compris en coactivité humaine.

Un nouveau trophée coup de coeur B2B

Trophées Made In 31 B2B

Pour clôturer la première journée B2B du festival, Wyca Robotics a eu la surprise de recevoir le trophée coup de cœur B2B du public. Un immense bonheur et un grand honneur pour une équipe de passionnés qui travaillent très dur sur ces robots depuis des années. Nous remercions la CPME 31 pour l’invitation à cet événement unique ainsi que toutes les personnes qui ont pu apprécier et voter pour nos robots. Toutes nos félicitations aux autres gagnants aussi, aux participants et à l’année prochaine !

Vous n’avez pas pu venir au Festival Made in 31 et vous rêviez de voir nos robots en action ?  Contactez nos équipes pour une démonstration ! 👇

 

En savoir plus sur l’événement : Le Festival MADE IN 31 – Du 16 au 18 juin 2022

 

Crédits photographiques © Wyca Robotics 

SEPTUORS 2022 : Une célébration de l’innovation en Occitanie

SEPTUORS 2022 : Une célébration de l’innovation en Occitanie

🚀​ Evènement à la Cité de l’Espace de Toulouse avec les Septuors 2022, une cérémonie qui récompense l’innovation, l’aventure entrepreneuriale et le dynamisme en Occitanie. Lauréate dans la catégorie « INDUSTRIE », Wyca Robotics est très honorée de recevoir ce trophée, symbole de mise en lumière et de réussite régionale 🤖🏆

Une mise en lumière de l’innovation et de valeurs entrepreneuriales

💡​Ce trophée permet à Wyca Robotics d’appuyer ses valeurs entrepreneuriales, ses moteurs de performance, et particulièrement :
Innovation Wyca Robotics

INNOVATION

PASSION

ENVIRONNEMENT

Sécurité

TEAM SPIRIT

Patrick Dehlinger, CEO de Wyca Robotics a aussi précisé que les véhicules 100% autonomes, baptisés Elodie, permettaient de « renforcer le tissu économique que l’on a, avec l’accès à la robotique mobile ». Le robot se rend disponible au service des personnes pour un meilleur confort de travail. « On a réussi à créer un circuit court, le véhicule Elodie est fabriqué dans le Tarn. C’est un robot français ! ». Comme l’a fait remarquer Eric Dournès, dirigeant de la société Crea Sud Communication, « Wyca Robotics s’adresse à la fois aux grands comme aux très petits ». Contactez nos équipes pour une démonstration ! 👇

Une soirée riche en rencontres passionnantes

Septuors 2022 Wyca Robotics

Les Septuors 2022, c’est avant tout une soirée de partage, de networking, d’entrepreneurs passionnés avec la rencontre de partenaires, de décideurs économiques, d’autres équipes motivées et motivantes. Cet événement garantit la valorisation du savoir-faire régional, favorise l’émergence et le développement entrepreneurial, et encourage l’audace et l’innovation, pour poursuivre le développement d’une économie régionale en fédérant les entreprises et les institutionnels.

Un grand merci à la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, AD’OCC, la Dépêche du Midi, la CCI de Toulouse Haute-Garonne, ainsi que CERFRANCE, Mutuelle Prévifrance, Toulouse Métropôle, Atalian, le Conseil départemental Haute-Garonne, Crédit Mutuel, Sicoval et BpiFrance. Merci pour cette belle ode à l’innovation ! 💯​🦾

Crédits photographiques © Wyca Robotics / © La Dêpèche du midi

COUP D’OEIL SUR NOS ROBOTS : COMMENT LE ROBOT MOBILE AUTONOME PERÇOIT-IL SON ENVIRONNEMENT ?

COUP D’OEIL SUR NOS ROBOTS : COMMENT LE ROBOT MOBILE AUTONOME PERÇOIT-IL SON ENVIRONNEMENT ?

Vehicule autonome indoor, Wyca robotics Elodie

🚀 Le saviez-vous ? La NASA utilise des drones dotés de la technologie LiDAR (Light Detection And Ranging, ou télédétection par laser). Mission : explorer et cartographier des grottes inaccessibles par l’Homme sur la Terre, la Lune et sur Mars🪐

Comment les robots mobiles autonomes perçoivent-ils leur environnement pour se déplacer en toute sécurité ? Wyca Robotics s’applique à employer des technologies toujours plus innovantes. Objectif : permettre à ses véhicules autonomes indoor de se déplacer d’un point A à un point B dans tout environnement dynamique et reconfigurable. Le robot mobile autonome repère et évite ainsi automatiquement les obstacles potentiels pour réussir sa mission. Les caméras 3D, le LiDAR et les ultrasons, sont trois types de capteurs offrant la vue à nos véhicules. Explications 👀

L’environnement, un véritable challenge pour le robot mobile

Objectif du robot mobile autonome : réussir sa mission via un parcours 100% sécurisé, optimisé et en toute autonomie 💯

Le robot de Wyca, prêt à accueillir et guider les consommateurs de ce centre commercial

Le robot Shuttle Plug & Play, prêt à transporter des charges pour soulager les opérateurs. 

Des capteurs innovants pour une mobilité 100% autonome

Douze. C’est le nombre minimal de capteurs embarqués de localisation et de sécurité présents sur un véhicule Elodie. Ceux-ci lui permettent de se déplacer en toute autonomie dans n’importe quel environnement indoor. Ces capteurs, placés devant et derrière le véhicule, lui permettent d’avancer, de reculer, de tourner en toute sécurité.

Les caméras 3D

La caméra reste le capteur le plus intuitif puisqu’elle se base sur le fonctionnement de notre regard. Objectif : représenter de manière la plus fidèle possible ce que nous voyons avec nos yeux. La caméra différencie ainsi les formes, les couleurs, les mouvements, permettant une bonne reconnaissance visuelle de l’environnement. Son principal avantage est une vision en grand angle. L’utilisation de la stéréoscopie avec une caméra à gauche et une caméra à droite permet de restituer une impression de profondeur et de relief lors de la fusion des deux images. Elodie possède aussi un projecteur infrarouge pour se déplacer en toute sécurité dans le noir. Néanmoins, la caméra 3D reste un outil de qualité plutôt imprécise, bruitée et présentant de faux positifs -ou positions fantômes, d’où la complémentarité avec d’autres technologies, telles que le LiDAR.

Le LiDAR

Le LiDAR (acronyme de Light Detection and Raging) est devenu presque un incontournable en robotique grâce à sa grande précision de mesure de distance. Ce capteur émet des faisceaux lasers, ou lumineux, qui balayent la zone pour mesurer la distance entre le véhicule et les obstacles. Ce capteur compare ensuite le délai entre une impulsion laser et la réception de l’impulsion réfléchie depuis le véhicule. Il s’agit d’un dispositif actif qui envoie sa propre lumière jusqu’à ce qu’elle rebondisse sur un obstacle : la vitesse de la lumière détermine alors la distance entre le véhicule et l’obstacle, ainsi que sa taille et son volume ! Cet outil révolutionnaire permet aussi de balayer en un instant la cartographie accessible par le véhicule malgré la présence d’objets ou de personnes dans la zone. Cependant, le LiDAR 2D apporte une vision en 2D sur un plan très fin, et ne voit ni au-dessus ni en dessous de ce plan. Le LiDAR ne détecte pas non plus les surfaces vitrées ou miroirs, d’où l’ajout de capteurs ultrasons.

Les ultrasons

Comme son nom l’indique, l’ultrason se base sur le son : il émet à intervalles réguliers de courtes impulsions sonores à haute fréquence –inaudibles à l’oreille, propagées autour du robot à la vitesse du son qui se réfléchissent sur les obstacles pour revenir en écho au capteur. Lors de la localisation d’un obstacle, le véhicule ralentit ou s’arrête, le contourne ou fait demi-tour. L’ultrason permet de détecter les vitres et surfaces miroirs que d’autres capteurs ne percevraient pas. Devant une vitre, une caméra 3D et un LiDAR indiqueraient au robot qu’il peut continuer d’avancer tandis que les ultrasons percevraient cet obstacle invisible dès que la vitre rencontrerait une impulsion sonore. Malgré le bruitage, il s’agit d’une protection anticollision supplémentaire efficace, fiable et ultra sécurisante lorsque le véhicule s’approche de tout obstacle visible ou invisible.

Wyca Robotics s’engage à concevoir et fabriquer des véhicules mobiles autonomes très compétitifs, tout en alliant efficacité, sécurité et fiabilité. Son véhicule mobile autonome Elodie comprend ainsi plusieurs types de capteurs pour se différencier en termes d’agilité et répondre aux contraintes de n’importe quel environnement indoor. Elodie peut être entouré d’enfants comme d’adultes, du grand public, comme de professionnels : notre véhicule saura s’adapter en temps réel pour réussir sa mission sans collision. Petit comparatif des caractéristiques principales des capteurs de reconnaissance visuelle utilisés par Wyca Robotics 🤖

Caractéristiques des technologies utilisées dans les véhicules Elodie Ultrasons Caméra 3D LiDAR 2D
Nombre 4 devant

+ 5 derrière

2 devant puis selon le robot 1 devant
Distance de vision maximale Jusqu’à 1m Jusqu’à 2m Jusqu’à 60m
Vision de jour et de nuit

Check Mark on Google

Check Mark on Google

Check Mark on Google

Coût selon les configurations ±10€ 300-400€ 3000-5000€
Vous voulez en savoir plus sur les technologies embarquées dans nos robots ? Contactez-nous !

Crédits photographiques © Wyca Robotics / © Photo by Korie Cull on Unsplash / © Seventyfour Adobe Stock

Cartographer ROS2 Rolling and Humble !

Cartographer ROS2 Rolling and Humble !

A critical step in the deployment of Wyca vehicles is the creation of a map from scratch, with no environmental modification and by using the vehicle only.
In other words: driving the vehicle around to make it learn about the place it is going to be used.
Technically, on an indoor mobile robot, this capability comes from a field of algorithm called SLAM, for simultaneous localization and mapping.
One of the most commonly used open source SLAM implementations in the mobile robot community is cartographer, which was open sourced and fully integrated in ROS by google in 2017. Wyca uses some part of it in its map creation workflow.
Unfortunately, Google is not pursuing the development of the project and the porting of cartographer in ROS2 was incomplete and from an old version with obsolete APIs. As it was a blocking point for Wyca for the transition to ROS2, our team ported it completely to ROS2 early 2021. Then this porting was merged in april 2022 to the official ROS2 cartographer release maintained by the Open Source Robotics Foundation. It will be part of the ROS2 Humble release.

En savoir plus : https://discourse.ros.org/t/rolling-and-soon-humble-release-of-both-cartographer-and-cartographer-ros-v2-and-call-for-testing/25137

Guillaume Doisy, Chief Robotics Officer at Wyca Robotics

ADOPTER UN ROBOT MOBILE AUTONOME EN TEMPS DE CRISE

ADOPTER UN ROBOT MOBILE AUTONOME EN TEMPS DE CRISE

vehicule Elodie Wyca
Les véhicules Elodie, prêts à partir en mission en toute autonomie

🤖 Le saviez-vous ? La France fait partie des trois premiers utilisateurs de robots industriels en Europe, derrière l’Allemagne et l’Italie (IFR 2019).

 L’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 est sans précédent. Dans le milieu technologique, chaque crise, et quelle que soit sa nature, peut devenir le terreau fertile d’innovations inédites. Assurer la continuité de l’activité est rapidement devenu un luxe durant cette période si singulière. C’est ainsi que la robotique a pu favoriser la diffusion rapide de nouvelles idées de développement, notamment dans les domaines de la santé, du service, de l’industrie et de la logistique. Tandis que le marché de la robotique mobile autonome devrait dépasser les 90 milliards d’euros d’ici 2030 (IDATE Digiworld 2019), Wyca Robotics  vous présente un tour d’horizon de missions robotiques dévoilées en grande partie par le Covid-19 🤖

Un objectif 100% de soutien au corps médical et zéro Covid

Robot hopital
Le robot de Wyca, prêt à accueillir et guider 24h/24 et 7j/7 les patients de cet hôpital

Du robot de désinfection, au robot de transport de matériel médical, ou encore, au robot interactif médical, le champ des possibles est infini, et surtout, réalisable (Haase et al. 2021).

CHIFFRES CORONAVIRUS DU 14 AVRIL 2022 : 137 342 nouveaux cas en 24 heures en France. Ces statistiques plutôt anxiogènes continuent d’évoluer chaque jour depuis près de deux ans. Le personnel soignant a tiré plusieurs fois sur le signal d’alarme, notamment lors des vagues de contamination. Le secteur de la santé souffre d’un manque évident de moyens humain, matériel et financier, suivi d’une incertitude concernant l’évolution de cette situation très préoccupante. Comment soutenir un personnel de santé débordé et en besoin de renfort ? Dans le domaine de la santé, les robots représentent un fort potentiel, avec 55% du chiffre d’affaires total des robots de service en 2020 (IFR 2020). C’est désormais un tout nouveau type de personnel qui peut prendre en charge les malades. Par exemple, le robot-thérapeute assure un premier contact psychologique avec empathie, en décodant les émotions des expressions faciales et vocales de l’être humain. Que ce soit sous forme animale, humanoïde ou androïde, le robot favorise le bien-être des patients (Wu et al. 2014). Il serait plus simple de se confier à un robot, dépourvu de préjugés et de jugements humains (Wu et al. 2014), même si ce résultat reste discutable selon le contexte. Quelques objectifs des robots-médicaux : améliorer les conditions de travail du personnel, la qualité et l’efficacité des soins, et diminuer le risque de contamination. Le nombre de robots dans la santé devrait alors quadrupler d’ici 2030 (IDATE Digiworld 2019).

Robot Wyca Cleaner air plus Guignard
Elodie, avec AIR+ CLEANER de Guignard Robotisation

Focus sur AIR+ CLEANER*, le purificateur d’air 100% Français

AIR+ CLEANER utilise des lampes UVC, d’une capacité de traitement de 240m3/h, pour le traitement de l’air par rayon UVC. L’AIV (Autonomous Intelligent Vehicle) offre une flexibilité et une simplicité de déplacement au milieu des humains, ce qui permet d’optimiser le traitement de l’air dans tout environnement dynamique sans cumuler des appareils fixes de purification d’air. L’AIV Elodie de Wyca Robotics peut déplacer AIR+ CLEANER dans tous les lieux publics et privés (centres médicaux, commerciaux, Ehpad, industrie agroalimentaire, l’enseignement, centres sportifs, etc.). 

*AIR+ CLEANER est fabriqué par GUIGNARD Robotisation, un acteur important

Le robot, au service du consommateur

🚜 Le saviez-vous ? Le monde agricole est précurseur en matière de robotique pour automatiser les tâches pénibles et répétitives.

La pandémie a poussé de nombreuses professions à se tourner vers la robotique. Des robots-policiers sont apparus, pilotés à distance par la police locale à Tunis et à Dubaï, pour contrôler, entre autres, les autorisations de sortie des citoyens lors des confinements.  Dans les maisons de retraite et Ehpads, les robots interactifs ont permis aux familles de conserver le contact avec leurs proches, et de limiter ainsi les risques de contamination et les risques psychosociologiques liés à l’isolement. Lors des Jeux Olympiques de Pékin de 2022, la restauration s’est radicalement robotisée avec des robots-cuisiniers suivis de robots-serveurs pour réduire ainsi les risques de contamination au COVID-19 lors du service à table. Toujours au Japon, Nestlé emploie le robot semi-androïde Pepper qui propose une interaction ludique aux consommateurs de sa gamme Nescafé.  La marque a prévu d’investir dans près de 1.000 Peppers pour continuer de séduire le marché japonais. Le robot de service doit alors apporter une véritable valeur ajoutée via une offre innovante et divertissante, tout en favorisant l’acceptation du consommateur. Même si l’attrait pour la robotique reste plus élevé au Japon, où le robot provoque une certaine admiration voire une fascination, l’automatisation commence à s’imposer dans le reste du monde. La croissance de près de 80% du marché de la robotique de service entre 2018 et 2020 continue donc de progresser (IFR 2020). Mission : un retour à la « normale » impliquant un service de qualité avec le moins de contact possible.

Un robot dans la restauration

Le robot de Wyca, prêt à accueillir les consommateurs de ce restaurant   

Wyca Robotics vous téléporte !

Elodie circule en toute autonomie ou guidé à distance, avec une caméra à 360° qui retransmet sa vision. L’utilisateur pilote ses déplacements et voit en temps réel l’environnement du robot via un casque de réalité virtuelle. Cette fonctionnalité offre à des secteurs du divertissement, comme les musées, la possibilité de proposer des visites virtuelles. Le robot se décline ainsi selon les besoins pour continuer d’égayer à distance notre quotidien.

robot realité virtuelles Aeroscopia et Orange

Le robot de Wyca, en mission téléportation

dans les locaux d’Aéroscopia à Toulouse.

Le robot, ce nouveau compagnon de travail idéal

Robot industrie port de cahrge

Le robot de Wyca, prêt à transporter jusqu’à 50kg de contenu en toute autonomie

€129 MILLIARDS : le chiffre d’affaires du e-commerce français a explosé en 2021 (FEVAD 2022). Cette croissance a impliqué un important besoin en termes de flexibilité, de réactivité et de main d’œuvre. Chaque industrie doit pouvoir fonctionner sans interruption, avec ou sans personnel : rester compétitif en temps de crise est donc vital ! La pandémie a ainsi bouleversé plusieurs secteurs, dont la logistique et l’industrie. L’industrie 4.0 implique une forte productivité, une excellente qualité produit ou service, et par conséquent, une meilleure compétitivité. La France se dirige ainsi vers une automatisation des procédés par la robotique (Vaisi 2022), et notamment l’AMR (Autonomous Mobile Robots ou robots mobiles autonomes) qui vient compléter les systèmes d’automatisation existants. Dans l’industrie et la logistique, les robots apportent une véritable valeur ajoutée (Heater 2022). On estime que le nombre de robots dans l’industrie et la logistique triplera d’ici 2030 (IDATE Digiworld 2019). Le marché de la robotique dans la logistique est notamment estimé à 1 milliard d’euros en 2020 (L’Usine Nouvelle 2021). Des multinationales telles que Zebra Technologies (qui acquérait Fetch en 2021), Amazon, Soft Bank, etc. s’intéressent de très près à l’évolution de la robotique dans les domaines du retail, de la logistique et de l’industrie qui ont des besoins similaires en termes de transport, de stockage, d’inventaire, ou encore de surveillance et d’inspection visuelle.  Parfois, l’exigence envers le véhicule robotique varie, selon la disposition de l’entrepôt et/ou selon le secteur. Par exemple, la pharmacologie implique l’utilisation de matériaux spécifiques pour résister aux produits corrosifs

Le Shuttle automatise les tâches répétitives ou dangereuses
Adoptez un Elodie !

Le robot est une extension de l’Homme, il ne tombe pas malade, ne transmet aucune maladie, et devient ainsi un compagnon de travail idéal. Il évolue en totale autonomie dans un environnement dynamique, programmé pour réaliser une mission ou en mode « follow me » (= suivi d’un employé dans ses missions). Flexibilité, sécurité et automatisation sont devenus les maitres-mots de l’industrie 4.0. Adopter un robot, c’est soutenir une équipe en les soulageant de tâches pénibles, répétitives ou dangereuses, tout en optimisant les coûts de productivité sur le long terme, et une forte compétitivité sur le marché.

Afin de soutenir l’économie du pays et la compétitivité des entreprises françaises, le gouvernement a lancé le plan France 2030[1] qui favorise l’accès à la robotique.

Depuis 2019, la pandémie aura poussé à la modernisation et à la numérisation massives des entreprises pour maintenir l’activité. Les nouveaux besoins ont conduit à de nouvelles missions robotiques toujours plus innovantes, et surtout à une plus grande tolérance du robot mobile autonome auprès de l’Homme. Les chercheurs et entreprises ont donc optimisé la robotique et repensé ses usages avec une offre plus flexible et adaptée. Le robot autonome devient un compagnon à forte valeur ajoutée au service du consommateur et du personnel, et la robotique mobile autonome, un moyen innovant sur un marché en constante évolution (Vaisi 2022). Le champ des possibles en robotique est désormais infini, certifiant un avenir prometteur sous le signe de l’innovation pour nos amis les robots. Alors, on adopte un robot ? 🤖

Wyca robotics autonomous

Elodie, de Wyca Robotics, se recharge pour sa prochaine mission.

Vous souhaitez automatiser certaines missions pour le bien-être de vos équipes ?

Contactez-nous !

[1]Un financement de 800 millions d’euros réservé aux « acteurs de la production de machines intelligentes et autres robots embarquant des logiciels ou de l’intelligence artificielle » et de « la transformation des sites industriels de manière massive vers de la machine intelligente ». Détails de l’opération sur le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/actualite/france-2030-un-plan-d-investissement-pour-la-france-de-demain

Sources

FEVAD (2022).  Bilan du e-commerce en France en 2021 : Les Français ont dépensé 129 milliards d’euros sur internet. Communiqué presse. [Accès : https://www.fevad.com/bilan-du-e-commerce-en-france-en-2021-les-francais-ont-depense-129-milliards-deuros-sur-internet/]

Haase, C. B., Bearman, M., Brodersen, J., Hoeyer, K., & Risor, T. (2021). “You should see a doctor”, said the robot: Reflections on a digital diagnostic device in a pandemic age. Scandinavian Journal of Public Health, 49(1), 33–36. https://doi.org/10.1177/ 1403494820980268

Heater, B. (2022). RightHand cashes in on the white-hot warehouse robotics space with a $66M raise. Tech Crunch. [Accès : https://techcrunch.com/2022/02/23/righthand-cashes-in-on-the-white-hot-warehouse-robotics-space-with-a-66m-raise/?guccounter=1]

Hull, N. M., & Linden, K. G. (2018). Synergy of MS2 disinfection by sequential exposure to tailored UV wavelengths. Water Research, 143, 292-300.

IDATE Digiworld (2019). Robotics. [Accès : https://fr.idate.org/robotique-un-marche-a-tres-fort-potentiel-qui-atteindra-90-milliards-deuros-en-2030/]

Research and Markets (2021). Entertainment Robot Market – Forecasts from 2021 to 2026. Report, 112p. [Accès : https://www.researchandmarkets.com/reports/5547605/entertainment-robot-market-forecasts-from-2021]

Vaisi, B. (2022). A review of optimization models and applications in robotic manufacturing systems: Industry 4.0 and beyond. Decision Analytics Journal,100031.

Wu, Y. H., Pino, M., Boesflug, S., de Sant’Anna, M., Legouverneur, G., Cristancho, V., Kerhervé, H., & Rigaud, A. S. (2014). Robots émotionnels pour les personnes souffrant de maladie d’Alzheimer en institution. NPG Neurologie-Psychiatrie-Gériatrie14(82), 194-200.

Crédits photographiques © Wyca Robotics / ©R.Tanu de Pixabay / ©standret de Adobe Photo Stock

Techinnov 2022

Techinnov 2022

En Mars, nous étions à Techinnov : Journée 100% business dédiée à l’innovation !

Une journée riche en échanges pour notre équipe qui a fait de belles rencontres !
Journée couronnée par la remise du trophée Challenge Tech’2022 pour notre véhicule indoor 100% autonome.

L’équipe Wyca Robotics est très fière de cette mise en lumière. 

Nous remercions  pour l’accompagnement Relation presse, Fidal pour l’accompagnement juridique, Airbus, sans oublier la CCI Essonne.

Techinnov
Le marché de l’AGV-AMR dépassera 18 milliards de dollars d’ici 2027.

Le marché de l’AGV-AMR dépassera 18 milliards de dollars d’ici 2027.

Depuis quelques années, le secteur de la robotique est en pleine croissance.

Les robots mobiles autonomes (AGV, AMR, AIV) permettent aujourd’hui des gains significatifs de productivité dans les fonctions intralogistiques, que ce soit dans l’industrie, dans la supply chain ou encore dans la logistique. Les nouvelles implantations prennent de plus en plus en compte les éléments d’automatisation dans la conception des infrastructures.

© AdobeStock / ES sarawuth 455449843
AGV vs AMR

Les véhicules à guidage automatique (AGV)

Les déplacements des AGV sont structurés et monolithiques dans un environnement statique, à l’aide de bandes ou de fils magnétiques. S’il y a un obstacle sur le chemin, il doit être retiré pour remettre l’AGV en mouvement. Le redéploiement de la technologie guidée comme les bandes magnétiques ou les fils nécessaires ont un coût supplémentaire, et un surcroit en cas de rénovation ou modification dans l’installation.

L’AGV est un outil efficace pour des trajectoires préétablies et sans obstacles fixes ou mobiles susceptibles de bloquer le passage.

Les robots mobiles autonomes (AMR)

Contrairement à l’AGV, l’AMR fonctionne dans un environnement dynamique avec une navigation autonome. Il crée et enregistre les emplacements ou la carte de l’installation pour trouver le chemin alternatif s’il y a un obstacle dans l’itinéraire initialement calculé. La plupart du temps, l’AMR peut-être déballé et mis en service en une heure, s’il dispose déjà d’une cartographie de l’environnement. Il est extrêmement facile à déployer.

Ces systèmes robotiques sont souples et peuvent être ajoutés ou supprimés selon les besoins. Mais nous assistons à de nouvelles applications de robots mobiles autonomes (AMR) en dehors de la logistique et de la fabrication en raison des progrès de l’intelligence artificielle (IA). L’intelligence artificielle, la sophistication des capteurs, l’amélioration de l’efficacité des batteries, l’IoT et la 5G… Toutes ces technologies permettent d’envisager de nouveaux développements dans la robotique en B2B et B2C. Le secteur porté par la robotique industrielle et logistique voit de nouvelles applications émergentes telles que la santé, la désinfection, la vente au détail, la gestion de stock, la sécurité et l’inspection, l’agriculture, l’assistance hospitalière, la livraison intérieure et extérieure, le nettoyage, la téléprésence et télé-opération, en dehors des anciennes sources de revenus comme la logistique et la fabrication. Les évolutions technologiques sont donc motrices de l’innovation dans la robotique.

© AdobeStock / xiaoliangge 227503965

Les chiffres :

En 2016, une étude menée par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) a montré que la collaboration homme-robot était 85% plus productive qu’un humain ou qu’un robot travaillant seul.

Selon la dernière étude de marché de LogistiIQTM, les marchés AGV et AMR devraient atteindre plus de 198 milliards d’ici 2027 avec un taux de croissance d’environ 24% pour les AGV et de 43% pour les AMR. Ils vont collectivement franchir la base installée de 2.4 millions en 2027 pour faire des robots mobiles une nouvelle norme dans nos activités opérationnelles quotidiennes. Les robots mobiles de préparation et de tri des pièces vont émerger comme une nouvelle catégorie importante avec une croissance de 45 % d’ici 2027. Il semble que la livraison et le nettoyage sont les applications émergentes à cibler avec une croissance attrayante d’environ 35%, bien qu’ils représentent aujourd’hui une part relativement faible du marché.

 

Sur le plan mondial, la Chine est censée être la plaque tournante des robots mobiles autonomes, à la fois en termes de demande et d’offre. En effet, les AMR fabriquées en Chine devraient être 30 à 40 % plus économiques en raison des avantages en termes de coûts de main-d’œuvre et l’énorme volume de consommation en Chine même.

 

L’industrie a connu une bonne croissance malgré la pandémie et devrait enregistrer plus de 3 milliards de dollars de ventes en 2021. Environ 640 000 robots mobiles (AGV et AMR) devraient être expédiés en 2027. Le marché de la robotique sera probablement dynamisé par la crise Covid-19 : pendant cette période si particulière, les robots ont permis d’assurer un certain nombre de tâches indispensables à la vie quotidienne, en limitant les risques sanitaires. Grâce à eux, la livraison ou la désinfection des espaces peuvent bénéficier d’un coup d’accélérateur. La crise remet également sur le devant de la scène, les bénéficies de la robotique pour la compétitivité de l’industrie en Europe.

La technologie :

l’IA, les LiDAR, les caméras et les fusions de capteurs sont les principales technologies de navigation qui vont progresser rapidement, en raison de la souplesse, des problèmes de sécurité et d’une plus grande précision.

Sources : logistics IQ 2022.
Technologie : les batteries

Technologie : les batteries

Depuis l’invention par Alessandro Volta en 1800 de la pile à base de plaques de cuivre et de zinc (voir photo ci-dessous), les technologies ont « un peu » progressé, les volumes ont « un peu » diminué, les puissances ont « un peu » augmenté et surtout elles sont devenues rechargeables. Petit panorama des technologies utilisées actuellement dans les batteries.

Les batteries rechargeables ont pour mission de stocker l’électricité pour la fournir ensuite à la demande. Le type de batterie utilisée dépend de plusieurs facteurs :

  • La tension attendue (en Volts)
  • L’intensité maximale (en A)
  • La capacité de stockage d’électricité (en Wh ou kWh)
  • La taille et le poids
Au début, c’était le plomb,

L’accumulateur au plomb a été inventé au milieu du 19ème siècle et perdure dans nos voitures thermiques jusqu’à aujourd’hui. Il est composé de plaques de plomb baignant dans de l’acide sulfurique. La technologie est éprouvée, fiable, peu onéreuse, mais présente quelques désavantages :

  • Capacité de stockage faible au regard du poids du dispositif, ce qui la rend inadaptée pour les véhicules électriques et beaucoup de dispositifs portables
  • Risque de fuites d’acide sulfurique, même si le risque est faible, les conséquences peuvent être dramatiques
  • En cas de décharge complète (« profonde ») le sulfate de plomb cristallise de manière irréversible, rendant la batterie définitivement inutilisable

 

Puis vint le nickel,

Afin de contourner les obstacles liés au plomb, les industriels ont cherché d’autres procédés plus sûrs et permettant une meilleure densité énergétique. Le nickel associé au cadmium (NiCd) s’est imposé pendant de nombreuses années dans les dispositifs portables, grâce à sa bonne résistance aux chocs, aux températures extrêmes, à une grande longévité (15 à 20 ans) et sa capacité à supporter un grand nombre de cycles. Néanmoins, la densité énergétique est limitée, l’autodécharge importante (20% par mois) et surtout le cadmium est un produit toxique et polluant. C’est pour cette raison que l’Union Européenne en a interdit l’usage dans sa directive de 2006.

La technologie NiCd a été remplacée par la technologie NiMh, Nickel – hydrure métallique. Elle permet une augmentation significative de la densité énergétique (+30%) par rapport au NiCd mais les propriétés en termes de nombres de cycles ont été diminuées. En 2005, la technologie a été améliorée pour réduire de beaucoup l’autodécharge. Les premiers véhicules hybrides utilisaient cette technologie de batteries.

D’autres associations avec le nickel ont été essayées, mais aucune n’a connu de développement commercial important.

 

© grigvovan – stock.adobe.co

Et enfin le lithium.

De nos jours, c’est le lithium qui a gagné la bataille avec différentes déclinaisons comme le lithium-ion, le lithium-polymère ou encore le lithium-fer-phosphate. Elles ont une densité énergétique qui peut aller jusqu’au double des batteries NiMh, c’est-à-dire que pour le même poids, elles peuvent stocker deux fois plus d’électricité. On les retrouve donc dans tous nos appareils portables, téléphones, laptops, etc. De plus, bien gérées, elles peuvent endurer plusieurs milliers de cycles de recharges avant de perdre significativement en capacité, tout en supportant les micro-recharges ou la récupération d’énergie au freinage.  C’est la raison pour laquelle Wyca utilise cette technologie dans ses robots.

Un des inconvénients majeurs des batteries lithium, c’est qu’elles peuvent chauffer et parfois même exploser. Il faut donc contrôler avec soin les niveaux de charge et d’utilisation à l’aide d’un BMS (Battery Management System) qui va s’assurer de la sécurité de l’ensemble, que les intensités sont bien respectées et que la batterie ne va pas se décharger complètement, ce qui la rendrait totalement inutilisable. Dans les usages professionnels, la qualité du BMS est primordiale pour la sécurité et la longévité du dispositif.

La plupart des constructeurs de voitures électriques utilisent des batteries de type Li-ion, même si des spécificités distinguent les concurrents : Tesla utilise une association lithium Nickel Cobalt Aluminium pour améliorer la densité énergétique, la longévité et les performances de charge. A contrario, Chevrolet et BMW utilisent une association lithium Nickel Manganèse Cobalt qui a des performances moindres mais qui est considérée comme plus sûre à haute température.

Il est amusant de noter que les batteries puissantes de ces voitures sont en fait constituées de milliers de piles « bâtons » comme dans votre réveil !

En synthèse, le tableau ci-dessous permet de comparer les capacités des différentes technologies au regard du poids et du volume.

Depuis l’invention de la batterie au plomb, on a multiplié les densités énergétiques par 10, ce qui est ridicule en comparaison avec les progrès des semi-conducteurs et la loi de Moore pour laquelle la puissance des processeurs double tous les deux ans. Pour les batteries, les capacités doublent… tous les 10 ans !! La pile à combustible viendra peut-être changer la donne… ou encore le lithium toujours, mais cette fois-ci associé à l’oxygène de l’atmosphère (lithium-air) qui permettrait un nouveau gain de densité d’un facteur 10.

La nouvelle génération de Shuttle intelligent pour l’industrie !

La nouvelle génération de Shuttle intelligent pour l’industrie !

Même en 2022, il reste de gros progrès à faire en intralogistique dans l’industrie et la supply chain. Combien de techniciens, lorsqu’ils ont fini une opération, doivent se lever de leur poste et aller porter le résultat de leur travail au poste suivant ? Cette tâche est souvent vécue comme une perte de temps, non valorisante et potentiellement génératrice de douleurs dorsales.

Wyca a conçu un robot très simple pour déplacer des bacs dans des environnements industriels. Un opérateur a besoin d’un robot ? Il appuie simplement sur un bouton et le robot arrive au bon endroit au bon moment. Il charge le robot et sélectionne la destination sur l’écran du robot qui s’y rend immédiatement, en toute autonomie et en toute sécurité pour les personnes et les objets qui l’entourent.

Le Shuttle a pour objectif d’automatiser les opérations de transports d’objets d’un poste à un autre, encore réalisées par des humains, au moyen de chariots. Il permet ainsi de réduire considérablement les risques psychosociaux (RPS) et troubles musculo-squelettiques (TMS) des collaborateurs.

Les ateliers ou usines de toutes tailles peuvent ainsi s’automatiser. Son radar (LiDAR) intégré qui voit jusqu’à 30 mètres, ses caméras 3D, dont une dotée d’un grand angle, et ses capteurs d’odométrie lui permettent de se localiser avec une grande précision, de calculer la trajectoire la plus optimale et d’éviter tous les obstacles se trouvant sur son chemin. Ces capteurs assurent la sécurité du personnel en activité.

Autonome pendant 8 heures, il peut porter jusqu’à 60 kilos. Notre robot est capable d’éviter tout seul les obstacles et ne nécessite aucune programmation, ni aucun accès à un réseau WIFI ou 5G, ni aucun serveur.

Un fonctionnement sans réseau WIFI. Nos robots Elodie fonctionnent sans réseaux WIFI ni 4G/5G. Nous avons mis au point nos robots en faisant en sorte de s’affranchir des réseaux informatiques pour des raisons de cybersécurité. D’autant plus que la nécessité d’avoir accès à un réseau peut être un frein au déploiement des solutions mobiles, car dans de grandes surfaces, le réseau peut ne pas être performant partout. Le dispositif d’appel bouton sans fil, utilise un réseau fermé de type LoRa.

Nos robots peuvent ainsi être installés en moins d’une heure dans une usine. Le robot Shuttle est très simple d’utilisation et très facile à déployer grâce à son interface accessible à partir d’un smartphone ou d’une tablette. L’intégration de ce robot dans son environnement peut être encore plus simple en utilisant notre solution de gestion de flotte en P2P. De plus, il est possible d’ajouter des robots Shuttle ou des boutons d’appel au fur et à mesure que l’activité croît.

Un autre de ses atouts et pas des moindres, est que son retour sur investissement est généralement très rapide, souvent nettement inférieur à un an. Gagner du temps est un gain de productivité immédiat, que ce soit pour une PME ou un grand groupe. Son prix attractif et la possibilité de le louer sur de longues périodes le rendent accessible aux petites entreprises peu automatisées.

Tout savoir sur le Shuttle Plug & play de chez Wyca

Le robot Elodie : un assistant pour les profs de Grenoble Ecole de Management

Le robot Elodie : un assistant pour les profs de Grenoble Ecole de Management

Robot Elodie Ecole management Grenoble
Wyca Robotics annonce sa collaboration avec Grenoble Ecole de Management en mettant à disposition de GEM Labs, le Lab Innovation et Expérimentations de l’école, le robot Elodie pour créer de nouvelles formes d’enseignements à base de technologies, pour un distanciel réinventé.

Grenoble Ecole de Management réunit plus de 8000 étudiants et 500 collaborateurs qui apprennent et œuvrent pour répondre aux défis du management, de la technologie et de l’innovation dans les entreprises. Cette Business School, fondée il y a 35 ans, et dont l’ADN est le Management de la Technologie et de l’Innovation, a créé en 2016 un nouveau campus, GEM Labs, qui utilise quotidiennement le robot Elodie. Le robot évolue au sein des plateformes BizLabs, 4 espaces de test et de simulation de technologies au service de scénarios pédagogiques immersifs : un appartement et une rue connectés, un magasin spécialisé dans les vêtements de ski (en partenariat avec Picture Organic Clothing) et une supérette (en partenariat avec Auchan et Panzani).

A l’intérieur de ces plateformes expérientielles, le robot Elodie a trouvé sa place comme un tout nouvel outil pédagogique pour les professeurs et les apprenants. Il a permis d’imaginer et de réaliser des modalités pédagogiques à distance qui n’avaient encore jamais été expérimentées.

Elodie : un support éducatif mobile, théorique et pratique

C’est à l’automne 2020 que la collaboration entre Grenoble Ecole de Management et Wyca Robotics a débuté, avec un besoin de simplification et d’évolution digitale de l’enseignement par la robotique.

Ivan Laurens – Professeur en marketing et communication à Grenoble Ecole de Management
Le robot Elodie, entièrement personnalisable, permet aux enseignants de construire leurs cours en totale autonomie et de manière interactive avec les élèves. Imaginé par l’équipe pédagogique comme un outil d’achat, ce robot est un véritable assistant pour l’enseignant en proposant des cours hybrides mêlant théorie et pratique, présentiel et distanciel.
Grenoble Ecole de Management utilise ce robot depuis un an pour dispenser ses cours en distanciel tout en assurant une mobilité dans les différents espaces.

Avec la fonction d’écran interactif intégré au robot Elodie, les enseignants peuvent ainsi se déplacer au sein des différents espaces et shops dédiés, tout en se faisant suivre par le robot qui filme et retransmet aux élèves en temps réel. Les élèves ont également la capacité d’interagir en direct avec le cours. 

Dans ce cas, la plateforme multi-usages du robot Wyca permet une grande adaptabilité pour les différents interlocuteurs (entreprises, élèves…) et permet de créer des scénarisations complexes. Entièrement sécurisé, le robot Elodie est conçu pour éviter tout contact avec les personnes et les biens, garantissant autonomie et sérénité pour l’école.

 Au-delà de la praticité pour les enseignants, les étudiants ont également l’occasion de développer une réelle réflexion autour de l’impact de la technologie sur un parcours d’achat.

Une technologie au service des consommateurs ?

L’apport d’une robotique ouverte et modulable marque des perspectives d’évolutions certaines dans les méthodes d’enseignement dans le secteur du commerce et du management. Cela permet également aux entreprises de se questionner sur ces technologies qui offrent de nombreux avantages pour comprendre le consommateur dans son parcours d’achat.

Grâce à sa polyvalence, le robot peut endosser plusieurs rôles pour aider à la décision d’achat, comme par exemple, l’intégration des chatbots dans l’écran tactile ou l’orientation du consommateur en fonction de ses caractéristiques (préférences, situation familiale…).

Forts de cette première année de collaboration, Wyca et GEM Labs sont très satisfaits et désireux de poursuivre leur exploration commune dans le sens d’une co-innovation qui favoriserait de nouveaux scénarios d’usage dans l’enseignement supérieur.

Découvrez le robot Elodie et sont top intératif 

> ;

Nous contacter / Demander des informations